Accéder au contenu principal

Antisèche // Tout ce qu’il faut savoir sur… Telfar

Extrait du défilé Telfar SS19 / Instagram @telfarglobal

Le point commun entre New York, la mode unisexe, la chaîne de fast-food White Castle et Alexandria Ocasio-Cortez ? Telfar Clemens. Précurseur d’une mode genderless depuis plus de quinze ans, le créateur récolte aujourd’hui le fruit de son travail.

« It’s not for you – It’s for everyone ». C’est avec ce slogan ultra-inclusif que la marque Telfar fait la différence depuis 2005. Aux manettes, Telfar Clemens, créateur né dans le Queens au milieu des années 80 et son acolyte, le designer Babak Radboy, qui fait office de directeur artistique. Née de l’imagination du premier, la marque a vu le jour il y a bien longtemps, lorsqu’il dessinait ses premières pièces en rentrant du lycée. Initialement destiné à embrasser une carrière de comptable, il suit des cours de commerce à l’université avant de laisser parler sa vraie passion. À cette époque, le business s’est déjà fait un nom et il ne tient qu’à lui de continuer.

En 2005, la marque organise son premier défilé. Un show qui lui permet de se faire connaître et met en orbite cette griffe à l’esthétique unisexe et aux valeurs inclusives en avance sur son temps.

Telfar Clemens, fondateur de la marque Telfar / Instagram @telfarglobal

Mais la notoriété globale viendra quelques années plus tard. En 2017, la marque remporte le Vogue/Fashion Fund. À la clé : 400 000$ et une reconnaissance mondiale, de ses pairs comme du public. Un nouveau statut qui permet au designer de mener sa barque comme il l’entend et de créer sans contrainte. Son premier projet est d’investir dans la réalisation du Shopping Bag, un cabas en cuir synthétique, à la ligne embossée du logo de la griffe. Ses adeptes ? Solange, Chloë Sevigny, Selah Marley, Bella Hadid et dernièrement, Alexandria Ocasio-Cortez. Sa particularité ? Son prix, qui débute à 150$, une exception au sein du petit monde de la mode où le moindre accessoire coûte la peau du bas du dos. Une conception aux antipodes des relents capitalistes d’une industrie où tout se monnaie et qui lui vaut de connaître un succès sans précédent. Décliné dans une multitude de formats et de couleurs, le Shopping Bag devient l’essentiel ultime à posséder, constamment en rupture de stock.

Au point qu’il y a quelques semaines, la marque a même dû mettre en place le « Bag Security Program », une journée durant laquelle chacun.e était libre de pré-commander la ou les  moutures de son choix. « Le Shopping Bag a été introduit pour la première fois en 2014. Ce qui signifie qu’il n’a rien de nouveau, c’est le monde qui a changé. Continuons à le faire changer », a expliqué la griffe sur son compte Instagram. « Mais nous n’avons que faire de la hype et de la rareté. Notre sac est synonyme d’accessibilité et de communauté. » Bye bye drops aléatoires et épuisés en quelques minutes. La griffe a complètement revu son système de production et a promis la livraison de ces commandes d’ici six mois. Une entreprise inédite dans l’univers de la mode, qui témoigne une fois de plus de l’approche démocratique du label ainsi que de sa capacité à s’adapter à son environnement.

Burgers et cautions

À première vue, mode et burger ne forment pas le couple le plus évident. Et pourtant. Pour Telfar, le petit pain s’est avéré être un allié de choix ces dernières années. Tout commence lorsque la chaîne de fast-food White Castle sponsorise l’un de ses défilés (déjà reconnus comme faisant partie des shows à ne pas manquer) en 2015. Mieux. Les maîtres du mini burger proposent au créateur de privatiser leur restaurant de Times Square et d’y organiser une after-party. Le buzz est géant et le premier bun d’une collaboration fructueuse est posé.

Avance rapide. Deux ans plus tard, White Castle et Telfar sont à nouveaux réunis alors que la marque dessine les uniformes des employés du fast-food. Dans la foulée, le créateur imagine quelques pièces de merchandising dont l’intégralité des bénéfices sert à payer la caution de jeunes mineurs détenus à la prison de Rikers Island.

Et l’histoire n’est pas près de s’arrêter. Après un tollé déclenché suite à l’annulation inattendue d’une collaboration avec la marque GAP, Telfar Clemens a remporté le CFDA du Créateur d’Accessoires de l’Année lors d’une cérémonie qui s’est tenue le 14 septembre dernier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :