Accéder au contenu principal

Moment // 5 Novembre 2013 : Ralph & Russo, Paris et la Haute Couture britannique

Deux créations tirées du défilé SS14 de la maison Ralph and Russo / Instagram @ralphandrusso

Si le calendrier de la Fashion Week parisienne a la réputation d’être exclusif, il l’est encore plus lorsqu’on en vient à parler de Haute Couture. Et pour cause. Si la discipline bénéficie d’un rayonnement international, elle est aussi coûteuse qu’exigeante. Aussi, lorsque le comité de direction de la Chambre Syndicale de la Haute Couture se réunit deux fois par an afin d’annoncer sa liste de membres invités pour la saison, l’anticipation est grande.

Si les maisons ainsi conviées à présenter leurs collections dans le cadre du calendrier officiel établi par la Fédération Française de la Couture ne peuvent prétendre à l’appellation Haute Couture (on parle ici uniquement de Couture), cela reste l’occasion ou jamais de se faire connaître.

Et lorsque le 5 novembre 2013, le nom de la marque Ralph & Russo a figuré parmi ceux des heureux élus, la nomination était remarquable à plus d’un titre : menée par les Australiens Tamara Ralph et Michael Russo, la griffe fondée en 2006 (à l’aide d’une seule machine à coudre) et basée à Londres, devenait en effet la première maison britannique à être invitée à défiler à Paris dans le cadre de la semaine de la Couture.

Organisé (elle est en charge du segment créatif, il gère les finances), le duo est à l’époque loin d’être un inconnu. L’année précédente, Beyoncé a porté ses designs lors de sa tournée. Angelina Jolie est une habituée. Et en 2017, Meghan Markle choisira de porter une robe de la maison pour la photographie officielle de ses fiançailles. En un mot, c’est une invitation (toujours en vigueur aujourd’hui), qui lui permet d’assoir une réputation déjà bien attrayante.

La raison ? Des designs élégants et subtilement rétro, rehaussés des ornements les plus raffinés. Un goût cultivé par Tamara Ralph, dont la mère et la grand-mère dessinaient des robes pour les femmes de la haute société de Sidney, et qu’elle a commencé à imiter à l’âge de 15 ans. Un talent précoce donc, aujourd’hui reconnu à sa juste valeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :