Accéder au contenu principal

Moment // 25 Mars 1911, l’incendie de la Triangle Shirtwaist Factory expose des conditions de travail inhumaines en plein New York

Si les vêtements sont l’un des aspects les plus importants de l’histoire de la mode, les travailleurs qui les fabriquent en sont un autre. Mais dans un twist capitaliste assez malheureux, ils sont bien souvent négligés et finissent par payer les dernières tendances au prix le plus fort. Et si les récents événements sont encore dans la mémoire collective, un fait bien plus ancien est généralement oublié, l’incendie de la Triangle Shirtwaist Factory.

Le 25 mars 1911, à la fin de l’après-midi, un incendie se déclare à la Triangle West Company, société qui occupait alors les 8ème, 9ème et 10ème étage du Asch Building, situé dans le quartier de Greenwich Village, à New York. Ce jour-là, plusieurs accès aux ateliers étaient fermés à clé (afin d’empêcher les ouvriers de prendre des pauses inattendues et de permettre aux managers de vérifier leurs sacs à main à la fin de la journée), l’escalier de secours était douteux (et a fini par s’écrouler sous le poids de ceux qui essayaient de s’échapper) et aucune alarme n’a retenti au 9ème étage. Une fois sur place, les pompiers ont bien tenté de déployer une grande échelle…. dont la longueur ne dépassait pas le 7ème étage. Visiblement causé par un feu de poubelle, l’incendie a progressé rapidement, causant la mort de 146 travailleurs (en majorité des femmes et des enfants) en dix-huit minutes seulement.

Lors de leur procès en décembre de la même année, Max Blanck et Isaac Harris les propriétaires de l’immeuble ont finalement été acquittés des charges qui pesaient sur eux. Mais la tragédie (l’une des plus meurtrières de l’histoire américaine), aura tout de même mené à des changements de taille concernant les règles de sécurité industrielles. Deux ans plus tard, en 1913, le mouvement syndicaliste s’était particulièrement étendu et il était alors reconnu qu’il était du devoir du gouvernement de garantir la sécurité des ouvriers. Dans la foulée de l’incendie, la Factory Investigation Commission était mise en place et chargée d’enquêter sur les conditions de travail de l’époque. Sous son égide, de nouvelles directives furent mises en place dans l’Etat de New York, avant d’être adoptées à une échelle nationale. Parmi elles : de meilleurs accès aux immeubles ainsi que l’installation de gicleurs et d’extincteurs ainsi que des mesures concernant le bien-être des employés telles qu’une limite aux heures effectuées par les femmes et les enfants ainsi que l’accès à des toilettes ou des salles de pause.

Le livre pour en savoir plus : “Triangle: The Fire That Changed America”, de David Von Drehle


Moment // March 25, 1911: The Triangle Shirtwaist Factory fire exposes inhumane working conditions in New York City

While garments might count amongst the most important aspects of fashion history, workers are another one. In a sad capitalist twist though, factory workers who make our clothes often tend to be neglected and end up paying the highest price for the sake of trends.

On March 25, 1911, at the end of the afternoon, a fire broke at the Triangle Waist Company, who occupied the eighth, ninth and tenth floors of the Asch Building in New York City’s Greenwich Village. Many exits were locked (to prevent workers to take unexpected breaks and to allow managers to check their handbags as they left at the end of the day), the fire exit was flimsy (and eventually crumbled under the weight of those trying to escape) and no alarm was heard on the ninth floor. When firefighters arrived on the scene, they deployed a rescue ladder that only reached seven floors high. Fire progressed rapidly, causing the death of 146 workers (mostly women and children) in eighteen minutes.  

At their trial in December of that year, the building’s owners, Max Blanck and Isaac Harris, were found not guilty of manslaughter. But the tragedy eventually led to changes in the workplace. By 1913, unions were more common, and it was acknowledged that the government had to offer workers’ a safe place to do their job. The Factory Investigative Commission was created in order to investigate factory conditions and penned numerous directives that went on to spread nationwide. Better building access, automatic sprinklers, alarm systems, and fire extinguishers were required. On the other hand, the human side was not lost, with a regulation of the number of hours women and children could work and the access to better eating and bathroom facilities.

Though, more than 100 years later and as recent events showed, there is still a lot to do to ensure safe and fair working conditions to manufacturers around the world.

The book to know more: “Triangle: The Fire That Changed America”, by David Von Drehle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :