Accéder au contenu principal

Moment // 18 Juin 1959 : Jacques Esterel dessine la robe de mariée en vichy de Brigitte Bardot

Brigitte Bardot en robe Jacques Esterel / Instagram @missbrigittebardot

Le trait d’union entre Jacques Esterel, ingénieur devenu couturier et Brigitte Bardot, alors actrice réputée dans le monde entier ? Une petite robe de mariée en vichy rose, dont l’impact a retenti beaucoup plus loin que la mairie de Louveciennes où se tenait la cérémonie.

« J’ai dessiné une robe qui me rappelait les petites bergères du XVIIIème siècle », aurait déclaré Jacques Esterel au sujet de la robe qu’il a imaginé pour Brigitte Bardot, lors de son union avec l’acteur Jacques Charrier le 18 juin 1959. Sept ans plus tôt, l’actrice avait épousé Roger Vadim dans une robe signée Madame Ogive, créatrice de la rue de Passy. Mais pour ces secondes noces, elle avait préféré une tenue plus simple. Jacques Esterel, qui l’avait déjà habillée pour les besoins du film « La Parisienne » semblait être le créateur le plus apte à faire mouche. Cet ancien ingénieur, reconverti chansonnier et qui avait fait ses débuts de designer au côté de Louis Féraud connaissait déjà un beau succès avant ce coup de projecteur. Propriétaire d’une boutique rue Pierre Charron, ses créations accessibles, précurseurs d’une mode prêt-à-porter (alors toute naissante à cette époque) sont déjà parmi les plus recherchées.

Mais tout s’accélère le 18 juin 1959, lorsque BB se présente à la mairie de Louveciennes, vêtue d’une courte robe à hanches bouffantes, manches trois-quarts, corset ajusté et encolure habillée de broderie anglaise. Mais plus encore que sa coupe, c’est sa matière qui retient l’attention. En lieu et place du blanc traditionnel, la mariée porte du rose. Du vichy rose. Une cotonnade de tous les jours, qui sert aussi bien à la confection des nappes que des tabliers des écolières. Un véritable pied-de-nez aux institutions ainsi qu’aux bonnes mœurs.

Le début d’une révolution

Et si B.B. a fait des émules avec sa petite robe rose à col brodé, c’est aussi (un peu), parce que le patron de la création de Jacques Esterel s’est dans la foulée retrouvé dans les pages du magazine ELLE. A cette époque, le prêt-à-porter connaît des débuts timides, que le journal encourage depuis plusieurs années déjà. Qui plus est, Brigitte Bardot est également une « amie » de la publication, qui la fait poser depuis le début des années 50. Bref, tous les ingrédients sont réunis pour que sa robe de mariée devienne le nouvel étendard des jeunes femmes modernes. Le lendemain du mariage, le magazine publie en effet le patron ainsi que quelques photos de la robe, sous le titre : « Brigitte Bardot : « Pour vous, ma robe de mariage » ».

C’est le début d’une frénésie vichyssoise. Associée à l’actrice et à son sex-appeal légendaire en plus d’être bon marché, la toile à carreaux s’invite dans tous les vestiaires. Représentative d’une nouvelle ère, la robe évoque la jeunesse décontractée qui pousse peu à peu la Haute Couture et ses salons feutrés vers la sortie : c’est le moment de créer et enfiler ses vêtements seules, loin des domestiques requis pour les robes des grandes griffes parisiennes. La révolution du prêt-à-porter, encore balbutiante, trouve ici un écho retentissant. Commercialisée, la petite robe rose se vend par palettes aux femmes désireuses de ressembler à leur idole. Quelques mois après son mariage, Brigitte Bardot retrouve à nouveau Jacques Esterel pour les besoins du film « Voulez-vous danser avec moi ? », dans lequel elle arbore une longue jupe en vichy qui finit de l’associer à ce motif champêtre.

Un engouement que le temps n’a d’ailleurs pas calmé. En 2015, la marque de vêtements Brigitte Bardot avait notamment choisi de revisiter la petite robe en vichy rose dans le cadre d’une collection capsule de robes de mariées pour La Redoute. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :