Accéder au contenu principal

Moment // 26 Septembre 1966 : Yves Saint Laurent inaugure la première boutique Rive Gauche

Yves Saint Laurent a lancé la ligne de prêt-à-porter Rive Gauche en 1966 / Musée Yves Saint Laurent DR

Si le prêt-à-porter est aujourd’hui la norme, son avènement au milieu des années 60 s’est fait sur fond de scandale.

A cette époque, la Haute-Couture règne encore en maîtresse et la confection est regardée d’un mauvais œil. Proposant généralement des déclinaisons des looks coutures, les lignes de diffusion produites en masse n’ont pas vocation à habiller les clientes fortunées qui peuplent les salons des beaux quartiers de Paris. Et si les Américains embrassent déjà les « separates », ces ensembles dont le bas peut être acheté dans une taille différente du haut, les Français sont plus réticents à se laisser tenter.

Entre alors en scène Yves Saint Laurent. Couturier star depuis ses débuts chez Christian Dior à qui il a succédé suite à sa disparition en 1957, il a fondé sa maison éponyme en 1962 et s’impose depuis comme la relève de la mode parisienne. Jeune et inventif, il est aussi légèrement rebelle. Et s’il confiera plus tard que son plus grand regret est de ne pas avoir inventé le jean, il sort tout de même du rang en inaugurant le 26 septembre 1966 la première boutique Saint Laurent Rive Gauche. Dédiée au prêt-à-porter, l’enseigne située au 21 rue de Tournon dans le 6ème arrondissement est emblématique de la révolution qui se prépare.

« Je pense que le prêt-à-porter est une ouverture sur la vie de tous les jours, sur le quotidien et c’est ce qui m’intéresse », explique le couturier quelques temps avant ce lancement. « J’ai choisi de montrer l’image de ma mode à travers le prêt-à-porter plutôt qu’à travers ma Haute-Couture. C’est une création tout à fait particulière, ce n’est pas du tout la même chose que la Haute-Couture, c’est une chose très différente qui s’adresse à une catégorie de gens beaucoup plus variée, beaucoup plus vaste et qui a des règles tout à fait particulières. Je continue tout de même la Haute-Couture parce que je trouve que c’est très important de préserver l’artisanat. Alors c’est très important pour moi de faire cet exercice de style en beaucoup moins de modèles. D’habitude je présentais 120 modèles, là je ne présenterais que 40 modèles de Haute-Couture seulement. (…) Ma façon de travailler est très différente dans le prêt-à-porter. Je suis beaucoup détendu, beaucoup plus dégagé parce que je m’attache beaucoup moins à une ligne. Je crée pour différentes circonstances de la vie d’une femme si bien que j’ai beaucoup de liberté. Et enfermer une femme dans une ligne catégorique c’est tout à fait démodé je pense. »

Deux ans plus tard, en 1968, Yves Saint Laurent ouvrira une autre boutique Rive Gauche à New York, suivie l’année suivante, d’un pendant londonien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :