Accéder au contenu principal

Moment // 20 Mars 1997 : Colette ouvre ses portes rue Saint-Honoré

Le concept-store colette / DR

Le Bon Marché, Les Galeries Lafayette, La Samaritaine, Le Printemps… à Paris, les grands magasins sont légion et sont généralement plus que centenaires. Mais pendant vingt ans, un ovni concept a régné sur le style parisien, mêlant marques pointues et émergentes, gadgets high-tech de haut vol et magazines de niche. Inauguré le 20 mars 1997 au 213 rue Saint-Honoré, colette a été, deux décennies durant, the place to be en matière de cool.

Fondé par Colette Roussaux et sa fille, Sarah Andelman, le concept-store aux deux points bleus (Pantone 293C, si ça vous intéresse) s’est tout de suite démarqué par sa sélection hétéroclite, dont les prix allaient de 1 à plusieurs milliers d’euros. Fille de poissonniers, la première a commencé sa carrière en vendant des vêtements Cacharel à Belle-Épine avant d’ouvrir sa première boutique de vêtements en gros, Polo, rue d’Aboukir dans les années 80. La seconde, diplômée de l’École du Louvre deviendra directrice de la création du projet familial.

Réputée dans le monde entier, l’adresse était également connue pour son originalité : des vitrines changées toutes les semaines afin d’être toujours dans l’air du temps, des collaborations triées sur le volet, des lancements de produits exclusifs (la première Apple Watch, c’était là-bas) et des concepts uniques, tels que le bar à eaux minérales du sous-sol, qui regroupait pas moins de 85 eaux différentes pour une pause fraicheur au sommet de la hype.

Une recette unique et qui l’est restée jusqu’à la fin : refusant de franchiser son magasin à la manière d’un 10 Corso Como ou d’un Dover Street Market, le duo a également choisi de baisser le rideau en pleine gloire, en décembre 2017 : « Toutes les bonnes choses ont une fin. Après vingt années exceptionnelles, colette devrait définitivement fermer ses portes le 20 décembre prochain. Colette Roussaux arrive à l’âge où il est temps de prendre son temps ; or, colette ne peut exister sans Colette », expliquait l’adresse sur son compte Instagram en juillet de cette année-là. La fin d’une époque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :