Accéder au contenu principal

Moment // 1er janvier 1965 : Kenzo Takada arrive à Paris

Le designer Kenzo Takada / Instagram @kenzotakada_official

La fresque de sa boutique de la rue Vivienne, sa mode haute en couleurs, ses innombrables références, le tigre… si l’univers de Kenzo Takada était réputé pour sa joie, tout n’a pas toujours été aussi rose pour le créateur japonais. Arrivé à Paris le 1er janvier 1965, le designer s’était en 2014 remémoré ne pas avoir été impressionné par la capitale.

« Je suis arrivé à Paris, gare de Lyon le 1er janvier 1965, après un mois de voyage en bateau, jusqu’à Marseille », avait-il alors confié à Anne Diatkine en marge d’une exposition organisée par le Palais Galliera. « C’est mon professeur à la fac, qui m’a conseillé de faire ce long voyage, plutôt que de prendre l’avion, et il a eu raison. Hong Kong, Bombay, Djibouti, Colombo, Le Caire, Madras. Toutes les escales dans les villes ont été autant de chocs visuels. Ça reste présent en moi pour toujours. La traversée par bateau, mon premier voyage, a été le plus extraordinaire de toute ma vie et a nourri toutes mes collections par la suite. J’étais monté dans le train pour Paris à la dernière minute, seul avec deux valises, laissant l’équipage, les marins. Gare de Lyon, c’était tout triste ! Où était la ville Lumière ? Tout était noir. J’ai pensé : “Mon Dieu ! Qu’est-ce que je vais faire là ?” »

Un temps perdu, il retrouve cependant l’inspiration au bout de quelques mois et commence à vendre ses dessins. Louis Féraud, le Printemps puis la maison Pisanti lui font confiance. Il restera trois ans au service de cette dernière avant de se lancer à son compte. Et en 1970, il ouvre la désormais célèbre boutique de la galerie Vivienne, dont les murs étaient tapissés d’une fresque reprenant de manière légèrement personnalisée le tableau « Le Rêve », du Douanier Rousseau, œuvre qu’il avait découverte au musée de l’Orangerie quelques jours après son arrivée dans la capitale.

C’est cette boutique qui servira de décor au premier défilé de la marque cette même année. Initialement baptisée Jungle Jap, cette dernière sera rapidement renommée en raison du caractère péjoratif du terme en français. Mâtinée de diverses influences et rehaussée d’imprimés à motifs et couleurs uniques, sa mode se démarque rapidement de la concurrence.

Kenzo restera à la direction artistique de sa marque éponyme pendant près de trente ans. En 1999, dix ans après son rachat par LVMH et après avoir lancé des lignes masculine et de cosmétiques, il passe le flambeau à ses assistants. Plusieurs créateurs se succèderont pour lui remplacer, d’Antonio Marras (de 2003 à 2011) au duo formé par Carole Lim et Humberto Leon (de 2011 à 2019) sans oublier Felipe Oliveira Baptista (de 2019 à 2021). Nommé en septembre 2021, Nigo, de son vrai nom Tomaoki Nagao est désormais en charge de la création de la maison.

Resté actif dans le monde de la création, Kenzo Takada est décédé le 4 octobre 2020, des suites de la COVID-19.


Moment // January 1st, 1965: Kenzo Takada moves to Paris

The painting of his Rue Vivienne boutique, his colorful fashion, his countless references, the tiger… if the world of Kenzo Takada was renowned for its cheerfulness, not everything has always been so happy for the Japanese designer. Arrived in Paris on January 1, 1965, the designer recalled in 2014 that he was not impressed by the city.

« I arrived in Paris, Gare de Lyon on January 1, 1965, after a month’s boat trip to Marseille, » he then confided to Anne Diatkine on the sidelines of an exhibition organized by the Palais Galliera. « It was my professor at the university who advised me to take this long trip, rather than take the plane, and he was right. Hong Kong, Bombay, Djibouti, Colombo, Cairo, Madras. All the stops in the cities were as many visual shocks. It remains with me forever. The boat trip, my first trip, was the most extraordinary of my life and fueled all my collections thereafter. I got on the train to Paris at the last minute, alone with two suitcases, leaving the crew, the sailors. Gare de Lyon, it was so sad! Where was the City of Light? Everything was black. I thought: « My God! What am I going to do here?

Although he was briefly confused, after a few months he regained his inspiration and began to sell his drawings. Louis Féraud, Printemps and Pisanti trusted him. He stayed three years in the service of the latter before starting his own business. And in 1970, he opened the now famous store in the Vivienne gallery, whose walls were covered with a fresco of the painting « Le Rêve » by Le Douanier Rousseau, a work he had discovered at the Musée de l’Orangerie a few days after his arrival in the capital.

It was this boutique that provided the setting for the brand’s first fashion show that same year. Initially named Jungle Jap, it was quickly renamed because of the pejorative nature of the term in French. Mixed with various influences and enhanced with prints of unique patterns and colors, his fashion quickly stood out from the competition.

Kenzo remained the artistic director of his eponymous brand for almost thirty years. In 1999, ten years after its acquisition by LVMH and after launching men’s and cosmetics lines, he handed over to his assistants. Several designers followed in his footsteps, from Antonio Marras (from 2003 to 2011) to the duo formed by Carole Lim and Humberto Leon (from 2011 to 2019) and Felipe Oliveira Baptista (from 2019 to 2021). Appointed in September, Nigo, whose real name is Tomaoki Nagao, is now in charge of the creation of the house.

Remained active in the creative world, Kenzo Takada died on October 4, 2020, as a result of COVID-19.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :